• jeu. Oct 28th, 2021

Assayie.net

Toujours larguer l'info brute et vraie.

COTE D’IVOIRE: Coup de massue et avertissement sans frais pour la CAN 2023.

ByAssi Nestor

Sep 22, 2021

Sept (7) ans après avoir obtenu l’organisation de la coupe d’Afrique des nations de football, la Côte d’Ivoire peine à répondre au cahier des charges de la Confédération africaine de football. Aucune stade n’est fonctionnel pour abriter un match international. Délocalisation du match Côte d’Ivoire-Malawi du 10 octobre 2021.

Le seul stade homologué par la CAF pour abriter les matches officiels en Côte d’Ivoire, c’est celui d’Ebimpé, le stade olympique Alassane Ouattara. Malheureusement, il est fermé pour travaux, alors qu’il a été inauguré en grandes pompes le 2 octobre 2020, en présence du chef de l’Etat ivoirien. Tout le monde avait compris, c’était pour la propagande politique et pour ajouter au bilan « du bâtisseur » en prévision de la campagne présidentielle. Les hommes politiques ont abusé des sportifs. Et ils sont rattrapés par leurs propres turpitudes.

La honte lors de Côte d’Ivoire-Cameroun

Le 6 septembre 2021, les Éléphants recevaient les Lions Indomptables pour la deuxième journée des éliminatoires du mondial 2022 au Qatar. Le monde du sport est ahuri de découvrir une pelouse du stade olympique d’Ebimpé multicolore. Les travaux de réhabilitation démarrés à la hâte, quelques jours plus tôt, n’auront pas caché les grandes défaillances dans l’entretien de l’espace de jeu. Après Côte d’Ivoire-Cameroun, le stade a été fermé.

Yamoussoukro comme solution de rechange

Les autorités sportives ivoiriennes ont mis les bouchées doubles pour tendre fonctionnel le stade de la capitale politique de la Côte d’Ivoire. Il est en voie d’achèvement. La pelouse est meilleure et praticable. Les vestiaires aux normes. Une mission d’inspection de la CAF est dépêchée en Côte d’Ivoire du 16 au 19 septembre 2021 pour visiter l’enceinte sportive. À la fin de la visite, l’espoir est de mise dans le camp ivoirien mais les délégués de la CAF soufflent le chaud et le froid: « Vous avez fait des efforts. Nous vous ferons parvenir notre rapport. ».

La rumeur a devancé le rapport

Ce lundi 20 septembre 2021, les rumeurs courent à proprement de la non-homologation du stade de Yamoussoukro. L’Office national des sports qui a la charge de la construction, la réhabilitation et l’entretien des infrastructures sportives contacté, est surpris: « Nous attendons le rapport de la CAF. Nous ne l’avons pas encore reçu. Mais comme il n’y a pas de fumée sans feu, peut-être que c’est vrai. ». Une source à la CAF, confirme cependant sous anonymat, l’information. « C’est clair, le match Côte d’Ivoire-Malawi, ce n’est sera pas à Yamoussoukro. »
En vérité, les officiels ivoiriens redoutaient la sentence de la CAF. Le stade de Yamoussoukro présente des failles au niveau de la sécurité, notamment la clôture, la gestion des flux des spectateurs, les caméras de surveillance. Un technicien qui a suivi l’inspection du stade soupire: « la société française qui a le contrat de construction du stade à disposé 87 caméras de surveillance. Elle ne sont pas toutes fonctionnelles. Le délégué de la CAF insistait particulièrement sur cet aspect. »
Un autre ne décolère pas. « Le stade de Yamoussoukro est l’un des plus petit stade en termes de capacité. Mais il est le plus cher. Les Français demandent toujours plus d’argent. ».

Ghana, Sénégal ou Maroc

La Côte d’Ivoire n’a pas le choix: elle devra choisir un stade à l’extérieur. Probablement, au Ghana, au Sénégal où au Maroc. La dernière fois que la Côte d’Ivoire avait délocalisé le match des Éléphants, c’était en février 2011, en pleine crise post électorale. Les Éléphants avaient reçu les Ecureils du Bénin à Acrra. C’était compréhensible a l’époque. Tensions et problèmes de sécurité… Mais là, en temps de paix…

Se mettre au travail…

La Côte d’Ivoire n’est pas en avance sur les travaux des stades pour la CAN2023. Pas que… Il y a aussi les infrastructures hôtelières , routières, aéroportuaires, la mise à niveau ou la construction des hôpitaux… Les chantiers sont ouverts. Les machines tournent mais le comité d’organisation de la CAN2023 et le ministère des Sports doivent tomber les vestes, quitter leurs bureaux climatisés d’Abidjan. Et prendre le terrain. À deux ans de la coupe d’Afrique, il faut se donner des priorités et se serrer les coudes…

Fernand Dedeh

Assayie.net