• sam. Sep 24th, 2022

COTE D’IVOIRE : YASMINE REDA ANIMATRICE A NCI ET ACTRICE MET EN EXERGUE LES DIFFICULTES AUXQUELLES ELLE A EU A FAIRE FACE DANS SA VIE.

ByAssi Nestor

Avr 22, 2022

« Je voudrais dire à tous ces jeunes de ne pas se découragé, la vie est un long processus, un long parcourt sans les échecs nous ne pouvons pas être ce que nous sommes. »

Yasmine Reda est animatrice télé a NCI (La Nouvelle Chaîne Ivoirienne) et aussi actrice, à travers l’entretien qui suit, elle évoque les moments sombres de sa carrière et donne quelque mot de motivation a tous ses personnes qui aspire à être comme elle.

Qui est réellement Yasmine Reda ? Que pouvons-nous savoir de sa carrière ?

Ce que vous devez savoir de moi, c’est que j’ai commencé la télé il y’a peut-être 7ans ou 8 ans en arrière quand je vivais encore en Angleterre donc comme je le dis j’ai fait des grandes chaînes américaines, dont Faith Tv qui est une chaîne très référencier sur Google, d’ailleurs vous pouvez y allé. Et puis j’ai été aussi sur OBTV qui est une chaîne africaine.

  Vous avez obtenu des diplômes en Marketing, Communication, Tourisme !!! Mais comment naît ce penchant pour le 7ème arts ?

Je pense que c’est inné quand on n’ait artiste on n’ait artiste dans l’âme. Je pense que c’est quelque chose que j’ai toujours nourri. C’est vrai qu’à mon époque il y’avait pas encore des écoles, c’était que l’INSAAC qui existait et envoyé ton enfant a l’INSAAC à l’époque c’était comme un échec donc il fallait quand même avoir un processus et suivre ton cursus scolaire correctement pour faire plaisir aux parents et toi-même avoir aussi un diplôme pour ton avenir.


Quel était les moments sombres de votre carrière et de votre vie ?

Oui moi je suis un peu perfectionnée sur les bords, donc chaque fois que monsieur Alain Guikou que je remercie, qui est celui-là même qui m’a permis d’avoir cette chance d’être dans le cinéma, chaque fois que nous avons tourné une histoire DES COUPS DE LA VIE. Moi personnellement j’ai toujours cette peur de savoir, je vois les histoires qui passe bien avant moi, Est-ce-que ça va marcher ? Ou est-ce que ça ne va pas marcher ? Il y’a des fois quand on se rend compte que ce n’est pas du tout évident, au final on se dit j’ai bien fais de le faire, finalement ça accrocher le téléspectateur donc c’est un peu des quelques moments sombre que j’ai puis avoir si on peut les appeler ainsi je n’ai jamais vraiment eu de moment sombre enfin pour l’instant. Dans ma vie comme tout le monde j’ai traversé des difficultés. Comme toutes femmes battante a un moment donné je me suis retrouvé seule a élevé mon fils, parce que comme je l’ai toujours dit j’ai été une femme battu dans le foyer donc ça été des moments assez difficiles, j’étais très jeune, mais ça ne m’a pas empêché de poursuivre mes études et de rester une femme forte. En revanche j’étais à Cuisine de Star qui étais une émission panafricaine ou je voyageais beaucoup et puis un moment j’en n’avais un peu marre, je voulais partir donc j’allais présenter pour présenter j’étais plus heureuse à la fois, il fallait que je parte et puis NCI m’à faire cette ouverture je suis heureuse d’être là.

Comment naît le lien avec le club cinéma ESCA dont vous êtes marraine ?

Alors je crois que c’est parti d’une invitation. Je suis allé là-bas pour présenter LE TICKET A TOUT PRIX qui est le long métrage dans lequel j’ai tourné, d’ailleurs qui a eu droit à deux SOUDIGUIS, aujourd’hui qui part au festival américain en Floride et qui passe d’ailleurs dans toutes les salles Canal et dans toutes l’Afrique. Alors je crois que c’est à parti de là que j’ai eu contact avec beaucoup de jeunes dont vous également. Et le directeur m’a dit écoute Yasmine, mes étudiants t’aime beaucoup et on aimerait te donner cette place que tu mérites. Je me suis dit c’est un peu trop tôt. Il y’a peut-être des anciens avant moi, tu es l’actrice de cette nouvelle génération et on te choisit toi pour être la marraine de cet établissement du côté cinéma.

Décrivez-vous en trois mots.

Alors si c’est Yachou, elle dirait plus tôt immature, joyeuse et une boule d’énergie. Mais en tant que Yasmine Reda si je rentre vraiment dans ma personne je dirais femme battante, qui ne recule devant rien et très ambitieuse.
Que pouvons-nous retenir de vous et votre brillante carrière ?

Je voudrais dire à tous ces jeunes de ne pas se découragé, la vie est un long processus, un long parcourt sans les échecs nous ne pouvons pas être ce que nous sommes. Aujourd’hui quand je regarde ma vie en arrière, tous les échecs que j’ai eus, je me dis que si je peux repartir avoir ses mêmes échecs, je serais peut-être devenu meilleurs qu’aujourd’hui et des échecs nous apprenons à être fort.

Un mot de motivation a tous ces jeunes qui aspirent être comme vous.

Tous ceux qui aspirent être comme moi, n’aspirent pas être comme moi parce que c’est beaucoup d’étapes difficiles, beaucoup de blessures et puis beaucoup de méchanceté de la part des uns et des autres, beaucoup d’humiliation des fois. Je pense qu’il faut rester soi-même, parce que moi j’ai été beaucoup jugés par rapport à mon apparence, je suis très extraverti, je suis très extravagante mais ça été plus tôt ma force aujourd’hui. Et c’est une force, c’est ça qui fais Yasmine Reda, Yasmine Reda naturel, Yasmine Reda joyeuse, Yasmine Reda l’ivoirienne. Je ne charge pas comme on le dit, la France, l’Angleterre où d’ailleurs j’ai fait mes études. Moi c’est la Côte d’Ivoire ou rien, 225 à jamais soyons fières de ce que nous sommes et ne changeons pas pour autrui.

STEPHANE MAFIA/ ASSAYIE.NET