• dim. Jan 29th, 2023

La Fondation Cœur vert sensibilise 500 jeunes à la préservation de la biodiversité et initie le planting de 150 arbres avec des volontaires.

ByAssi Nestor

Nov 21, 2022

La Fondation Cœur Vert a sensibilisé les jeunes à la préservation de la biodiversité et a planté 150 arbres avec des jeunes volontaires.

Les vendredi 11 et samedi 12 novembre 2022, à l’Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan, la Fondation Cœur Vert a organisé la deuxième édition des journées d’éducation de la jeunesse pour la conservation de la biodiversité (JEJBIO).

Cette deuxième édition des JEJBIO a porté sur le thème, « Jeunesse et solutions pour la restauration des sols et des forêts en Côte d’Ivoire ». c’est l’occasion annuelle choisie par la fondation cœur vert pour sensibiliser la jeunesse sur les crises environnementales et particulièrement sur la destruction de la biodiversité, pour les inciter à contribuer à travers l’engagement bénévole des jeunes à la mise en œuvre de la politique de préservation, réhabilitation et d’extension des forêts.

La première journée consacrée à un panel d’information et de sensibilisation des jeunes sur la crise environnementale mondiale et locale s’est déroulée en présence de plus de 500 participants. Les quatre panelistes ont à tour de rôle présenté à la jeunesse les manifestations de la crise environnementale tout en relevant la nécessité pour le jeunes de s’impliquer afin d’apporter des solutions par un engagement éco responsable.

Le vice-président de la fondation cœur vert, Ody-Marc Duclos, a expliqué le choix de l’université et l’opportunité de la rencontre.

«L’université Félix Houphouët-Boigny assure la lourde mission de former les responsables des organismes publics et privés de demain. Et comme on le sait, l’instruction à elle seule ne suffirait pas à produire des citoyens de haute qualité. C’est pourquoi il faut y a adjoindre la transmission de valeurs fortes et universelles, basées sur un rigoureux sens de la responsabilité. Responsabilité vis-à-vis de l’État et de ses institutions, responsabilité vis-à-vis de la communauté, et surtout responsabilité vis-à-vis de l’environnement et de la nature dont nous tirons chaque jour nos moyens de subsistance.

La biodiversité décline à une vitesse telle que certains préfèrent employer l’expression « érosion de la biodiversité ». Pour s’en convaincre, il nous suffit de considérer le cas de la Côte d’Ivoire. Le pays a perdu en quelques décennies près des 80 % de son couvert végétal et avec, des milliers d’espèces animales endémiques. Les conséquences de cette perte de végétation se font ressentir sur les cycles pluviométriques et climatiques ; si bien que nos parents agriculteurs sont de plus en plus désorientés. Aujourd’hui la dynamique économique contribue à la destruction de l’environnement et de la biodiversité, c’est important qu’on prenne tout d’abord conscience pour qu’on puisse prendre les mesures pour revoir notre mode de consommation et d’économie et puis considérer que c’est la nature qui nous donne la vie », a indiqué M. Ody-Marc Duclos.

La vice-présidente en charge de la planification et programmation des relations extérieures de l’université Felix Houphouët Boigny, Pr Yobouët Véronique, a rappelé que l’université étant le temple du savoir, elle est propice pour l’accueil de ces journées, afin d’éduquer les étudiants au phénomène du changement climatique.

Elle a par la suite invité les jeunes à apporter leur participation « pour changer, améliorer et réduire le phénomène du changement climatique après cette journée de sensibilisation ».

un panel de 4 experts a instruit les étudiants et autres participants sur les manifestations et conséquences de la crise environnementale, tout en indiquant les mesures prises par le gouvernement dont la mise en place d’un projet de muraille verte au nord de la cote d’ivoire pour freiner l’avancée des zones sèches et reconstituer le couvert forestier national.

La deuxième journée a vu la réalisation d’un planting de 150 arbres au sein de l’université avec la collaboration de la direction régionale des eaux et forêts.

La fondation Cœur vert fonde ses actions environnementales sur la promotion de l’éco-volontariat des jeunes à travers la culture de l’esprit de service pour la préservation de l’environnement. Elle met l’accent sur le bénévolat des jeunes. En 2021, la première édition des JEJBIO a permis de sensibiliser 400 jeunes et planter 300 arbres à l’université Felix Houphouët Boigny de Cocody. A ‘l’International, elle prend une part active depuis plus d’une décennie dans le projet panafricain d’édification de la grande muraille verte sahélo-sahélienne. Ce projet se propose de ralentir l’avancée du désert et offrir aux populations des possibilités d’un mieux-être.

ASSAYIE.NET