• lun. Juil 4th, 2022

LE MALI PÂTIRA-T-IL DE LA BROUILLE DIPLOMATIQUE ENTRE L’ALGÉRIE ET LE MAROC ?

ByAssi Nestor

Sep 20, 2021

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, a annoncé, mardi à Alger, la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc, en raison, dit-il, « d’actions hostiles » du royaume à l’égard de l’Algérie. « Il a été prouvé, historiquement, que le royaume n’a pas cessé un jour ses oeuvres inamicales, basses et hostiles contre l’Algérie depuis l’indépendance », a affirmé le chef de la diplomatie algérienne, tout en rappelant la guerre entre le Maroc et l’Algérie qui, en 1963, avait fait 850 morts. Le ministre est aussi revenu sur la note où, mi-juillet, le représentant du Maroc à l’ONU parle de «l’autodétermination» du « peuple kabyle », une communauté algérienne. Cette note a été considérée par l’Algérie comme une atteinte à sa souveraineté; elle a alors demandé des explications au Maroc qui n’a pas répondu.

Si l’Union africaine a offert sa médiation pour réconcilier les deux pays, le Mali, lui, risque de faire à bref délai les frais de cette brouille diplomatique. En effet, les intérêts économiques marocains sont grands au Mali, notamment dans les banques et dans la société de télécommunications Malitel.

Or, qui dit relations économiques dit relations politiques. Toutes choses qui risquent de froisser l’Algérie qui, depuis 1991, tient le problème touareg sous sa houlette. Il faudra au Mali beaucoup d’équilibrisme pour éviter de se mettre l’un quelconque des belligérants à dos. D’autant que le Maroc et l’Algérie vont bientôt demander à notre pays de réactualiser sa position sur le Sahara occidental, une nation que l’Union africaine (y compris le Mali) a reconnue depuis des décennies.

Assayie.net