• mer. Déc 1st, 2021

Assayie.net

Toujours larguer l'info brute et vraie.

LE PROFESSEUR ATSE BOA CELESTIN DEMANDE A L’ETAT DE FAIRE UN CLIN D’ŒIL A LA JEUNESSE DESŒUVREE D’AKOUPE EN TERMES DE PROJETS D’INSERTION DES JEUNES ET PROMET DE LES REGROUPER EN ASSOCIATION ET EN COOPERATIVE POUR MIEUX LES AIDER.

Bysow

Fév 24, 2021

LE PROFESSEUR ATSE BOA CELESTIN DEMANDE A L’ETAT DE FAIRE UN CLIN D’ŒIL A LA JEUNESSE DESŒUVREE D’AKOUPE EN TERMES DE PROJETS D’INSERTION DES JEUNES ET PROMET DE LES REGROUPER EN ASSOCIATION ET EN COOPERATIVE POUR MIEUX LES AIDER.

1-Bonjour monsieur, est ce que vous pouvez vous présentez à nous ?

Je suis Professeur ATSE BOA Célestin. Je suis le Président de l’Association des Sciences Agronomiques, Enseignant Chercheur et je suis candidat aux élections législatives de la circonscription électorale d’Akoupé, Békoueffin commune et sous-préfecture.

2-Alors aujourd’hui, est ce qu’on peut savoir quelles sont vos activités principales et vos actions menées dans la localité d’Akoupé ?

D’abord, je suis le président de la mutuelle de développement d’Assangbadji qui fait partie de la commune d’Akoupé. A cet effet, j’ai mené avec la mutuelle un certains nombres d’actions concernant la construction d’écoles, de salles de classes, d’appâtâmes pour la place public, la réhabilitation de notre centre de santé. Ça c’est ce qui est du bâtiment physique mais il y a d’autres actions que nous avons menées concernant donc le développement au niveau de la jeunesse et des femmes. Donc il y a un certains nombres d’actions que nous avons menées. Dans la zone ou département d’Akoupé beaucoup d’activités ont aussi été menées. Parce que je suis aussi quasiment pendant près de douze ans président de la commission sociale de santé d’abord du conseil général. Ensuite auprès du conseil régional. A ce niveau-là, nous avons mené un certains nombres d’activités de développement dans le cadre du conseil  général et du conseil régional.

3-Et si l’on demandait qu’est ce qui fait la particularité du professeur ATSE BOA CELESTIN, qu’est-ce que vous direz ?

La particularité de professeur ATSE BOA Célestin, je ne sais pas s’il y a une particularité à qui, par rapport aux autres candidats ? D’abord, par rapport à la population d’Akoupé, tout le monde me connait par rapport à mes actions de développement. Il y a aussi sur la base des aides que j’apporte à la population qui vienne me sollicité. Ce sont des œuvres et actions sociales mais je ne peux pas dis que je suis particulier par rapport aux autres. Mais j’ai mené plusieurs actions de développement dans ce sens-là.    

4-Aujourd’hui, vous êtes candidat sous la bannière du PDCI-RDA, alors quels sont vos projets pour Akoupé, pour cette nouvelle génération, ces jeunes qui attendent beaucoup de vous ?

Effectivement, j’ai commencé un certain nombre de tournés de précampagne, ce que j’ai remarqué le plus, c’est une jeunesse très désœuvrée, des jeunes et des femmes qui sont sans emploi avec des niveaux intellectuels très élevés, certains même ont le doctorat, par contre d’autres ont le bac, la maitrise et ils ne font rien. Donc, je pense que dans le cadre des actions que je vais mener, j’en ai discuté même avec un certain nombre parmi eux. Alors vu l’urgence de l’emploi, la première des choses à faire c’est de les mettre en association et en coopérative donc c’est de créer des groupements d’ordre coopérative, aller monter des projets et chercher des financements pour qu’ils puissent s’adonner à des activités créatrices de revenues aussi bien des activités agricoles que commerciales. De toutes les façons il y a beaucoup d’activités que ces jeunes peuvent faire. Donc il s’agit de bien les encadrer et de faire en sorte qu’en les aidant aux montages de projets ils peuvent se prendre en charge. Je pense que c’est l’une des activités que je compte mener le plus dans la zone rural. Puisqu’il ce qu’il faut savoir et comprendre qu’ils ont tous l’aspiration de venir à Abidjan pour trouver de l’emploi, de gagner leur vie et devenir quelqu’un mais aujourd’hui au niveau de la zone rural il y a un certain nombres d’activités créatrices de sources de revenus qui peuvent très bien être efficaces pour ces jeunes-là.

5-Alors Monsieur le Professeur ATSE BOA CELESTIN, vous été candidat aux élections législatives de mars 2021, quel est donc le message que vous voulez lancer d’abord à toute cette jeunesse, à l’Etat de Côte d’Ivoire et particulièrement à tous vos partenaires ?

Je voudrais d’abord dire à ces jeunes, vraiment il ne faudrait pas qu’ils désespèrent. Dans la vie, la seule chose la plus importante c’est l’espoir. Ça c’est un. Deuxièment, je veux que cette jeunesse se prenne en charge. Parce que ce qu’il faut dire, c’est que dans ce pays-là, il faut compter sur soit même d’abord. La prise en charge de ces jeunes eux-mêmes va contribuer énormément à leur épanouissement et leur développement. Donc moi je les encourage à se prendre en charge. J’encourage à l’esprit de créativité, de faire en sorte qu’eux même voient quelles sont les niches qui s’offrent à eux pour pouvoir s’insérer dans le tissu social. Ensuite, je pense que cette jeunesse a besoin d’être épaulé, d’aide dans ses débuts et pour son démarrage à l’instar des autres jeunesses des autres régions. Je veux dire que cette jeunesse à vraiment besoin du soutien de l’Etat pour ses activités qui leurs permettrons de s’insérer dans le tissu social. C’est vrai on entend beaucoup parler de l’insertion des jeunes, de la création d’emploi mais malheureusement fort est de constater que dans notre région laba, je veux parler du département d’Akoupé, il n’y a quasiment pas de projets d’insertion de jeunesse au niveau étatique. Donc je pense qu’il est temps de faire un clin d’œil à cette jeunesse désœuvrée et parfois désorientée de chez moi pour que cette jeunesse puisse être aussi prise en compte. Parce que nous faisons parti de la Cote d’Ivoire. Il n’est pas question que cette jeunesse soit laissée pour compte au détriment des autres régions et départements. Je le dis haut et fort pour que ça soit pris en compte. Nous avons aussi besoin de soutien de l’Etat à Akoupé. Au niveau national c’est ce que je peux dire. Mais je pense qu’il y a aussi les cadres que nous sommes, qui doivent aussi encadrer les jeunes. Quant à moi, je fais ma part de par ma profession, je viens de le dire que dans l’association des cadres agronomiques ; je suis dans le secteur agronomique avec un groupe d’experts. Ces experts peuvent aussi nous aider à mettre en place des projets de développement au niveau du secteur agricole pour ces jeunes. Je suis aussi membre du conseil d’administration du CNRA et je pense qu’il y a un certain nombre d’actions à mener de ce côté-là lorsqu’il s’agit de trouver des semences, de plantes qui peuvent être utilisé dans l’agriculture au niveau rural. Je pense que c’est ce que nous pouvons faire à ce niveau-là. Vous savez le député ce n’est pas quelqu’un qui distribue l’argent de ses poches mais je pense que le député, c’est quelqu’un qui bâtir à partir de ses relations, qui peut aussi trouver des projets extérieurs pour sa jeunesse. Moi si c’est à ce niveau-là, il n’y a aucun problème. Parce que je suis très souvent en dehors de la Cote d’Ivoire, je travaille sur plusieurs pays donc je pense que je peux aller chercher des partenaires, de l’aide. Je viens récemment des Etat Unis d’Amérique il y a à peu près un an. J’y ai passé un an. J’ai noué plusieurs contacts au niveau professionnel bien sur  qui peuvent profiter  au développement d’Akoupé et surtout à la jeunesse. Je pense qu’en y creusant, on peut trouver des partenaires techniques et financier qui peuvent nous aider. Il y a même aussi des partenaires en Côte d’Ivoire qui ont besoin que ces jeunes soient structurées pour qu’ils puissent venir les aider. Je pense que c’est ce que nous allons essayer de faire. La première des choses c’est vraiment d’organiser la jeunesse et les femmes surtout nos mamans qui en souffrent beaucoup à s’occuper de toute la famille en aidant les hommes.

6-Quel est votre mot de fin professeur ATSE BOA ?

Mon mot de fin, je pense que je voudrais demander à la population d’Akoupé, de la circonscription électorale d’Akoupé de vraiment voté pour moi. Je pense que c’est une doléance que je formule à leur endroit, c’est un souhait. Je pense que je peux apporter ma contribution, je le fait déjà en tant que cadre du département d’Akoupé. Je le ferai peut être encore mieux en tant que député de leur circonscription électorale. Donc je demande leur soutien et je voudrais à leur tour de me soutenir pour que main dans la main nous puissions mieux développer nos différentes localités.

ASSI NESTOR